Rechercher sur ce blogue

22 janvier 2016

Vous avez le droit de refuser une augmentation de loyer !


Vous avez le droit de refuser une augmentation de loyer!

Les locataires ont le droit de refuser une hausse de loyer et de demeurer dans leur logement (sauf pour quelques exceptions). Beaucoup de locataires croient que refuser une augmentation jugée abusive entraîne automatiquement un déménagement. Or, les locataires ont un mois à la suite de la réception de l’avis pour refuser la hausse, ou toute autre modification proposée au bail, tout en conservant leur logement. Pour lire la suite, cliquez sur l'article...

Comment savoir si une hausse est abusive?
Afin de statuer sur le caractère excessif d’une hausse, il faut avoir en main certaines informations, parfois difficiles à obtenir. Outre les indices de la Régie du logement (0,4% pour un logement où le chauffage n’est pas inclus, 0,7% pour un logement chauffé à l’électricité, 0,2% pour un logement chauffé au gaz, -4,2% pour un logement chauffé au mazout), les locataires doivent tenir compte de la variation des taxes foncières et scolaires ainsi que le montant des travaux majeurs effectués dans le logement et/ou l’immeuble. 

Information et éducation
Puisqu’il est parfois difficile d’estimer de tels calculs, les locataires sont invités à communiquer avec le Comité logement d'aide aux locataires (CLAL) au 418-651-0979 ou au comitelog@videotron.ca. Nous pouvons répondre à vos questions par téléphone, en rencontre ou lors de nos ateliers sur le sujet: 26-27-29 janvier à 13h30 //2 février 13h30 et 19h //3 février 13h30. 

Le CLAL participe à la campagne ''Oui vous pouvez refuser une augmentation de loyer'' du RCLALQ.

Cliquez ici pour consulter les dépliants Oui vous pouvez refuser une augmentation de loyer

--------            --------           --------         --------         --------          --------           --------             --------
Pour consulter l'information de la Régie du logement : cliquez-ici
Pour lire le communiqué de presse du RCLALQ sur le sujet:  cliquez-ici.
Pour lire le communiqué de presse du FRAPRU sur le sujet: cliquez-ici.